Attribution rue Madeleine Brès à Paris
Vendredi 30 Novembre 2012 dans : Paris voies publiques et privées

Madeleine Brès, née le 26 novembre 1842 à Bouillargues et décédée le 30 novembre 1921 à Montrouge, est la première française à obtenir le diplôme de docteur en médecine.

 

Née Gebelin, elle est la fille d'un fabricant de charrettes. C'est en suivant son père, appelé à travailler à l'hôpital de Nîmes, qu'elle découvre sa vocation pour la médecine et cela dès l'âge de huit ans. Une religieuse la prend en affection et lui confie quelques interventions mineures, comme la préparation de tisanes et de cataplasmes.

Comme il était de coutume à l'époque, elle est mariée très jeune, à quinze ans, et prend ainsi le nom de Brès.

En 1866, elle se présente devant le doyen de la faculté de médecine de Paris, Charles Adolphe Wurtz, et lui demande son autorisation pour s'inscrire en médecine. Ce dernier lui déclare qu'il le fera, mais à condition qu'elle ait son baccalauréat, ce qu'elle obtient trois ans plus tard. Toutes les obtentions de diplôme devaient avoir le consentement du mari, les femmes mariées étant jugées irresponsables par le droit français de l'époque.

Son inscription à la faculté de médecine est tout un symbole et il faut le soutien de l'impératrice Eugénie et du ministre de l'Instruction publique, Victor Duruy, pour qu'elle l'obtienne.

En pleine guerre franco-allemande, tout en étant la veuve et mère de trois enfants, elle officie comme interne à l'hôpital de la Pitié. Le 3 juin 1875, alors âgée de 33 ans, elle obtient son diplôme de docteur en médecine avec la mention très bien, après avoir la soutenance de sa thèse, supervisée par le Charles Adolphe Wurtz, sur l'allaitement, intitulée, De la mamelle et de l'allaitement. Cette thèse s'inscrit dans sa volonté de se spécialiser dans tout ce qui touche la relation entre la mère et son bébé, ainsi que l'hygiène des jeunes enfants. Elle n'est pas la première femme à obtenir le diplôme de médecin en France, l'Anglaise Elizabeth Garrett Anderson l'a devancée de cinq ans, mais elle reste la première Française.

Durant sa carrière, elle officie comme professeur d'hygiène et enseigne notamment aux directrices des écoles maternelles de la ville de Paris. Elle dirige le journal Hygiène de la femme et de l'enfant et elle est l'auteur de plusieurs livres de puériculture. En mission pour le ministre de l'Intérieur, elle part en Suisse étudier l'organisation et le fonctionnement des crèches. Le 28 mai 1893, la première crèche est inaugurée par Théophile Roussel, rue Nollet, dans le quartier des Batignolles.

Elle meurt à l'âge de 79 ans, dans la pauvreté.

Arreté et localisation

Source Wikipedia